Prendre soin de ceux qui nous soignent. L’ARACT et l’ARS étudient un accompagnement Qualité de vie au Travail des établissements du secteur sanitaire et médico-social.

Publié le 21/02/2017

Le 10 février dernier s'est tenue une rencontre co-animée par L’ARACT Guadeloupe et l’Agence Régionale de Santé (ARS). 21 établissements étaient représentés. Elle avait pour objectif d’informer les établissements des secteurs sanitaire et médico-social sur le pré-projet de cluster « Qualité de Vie au Travail (QVT) ». Elle visait à préfigurer une réponse dans le cadre d’un appel à projet national de la Direction Générale de l’Offre de Soins (DGOS) pour le déploiement de groupes de travail inter-établissement autour de thèmes liés à la QVT.

Cette réunion devait ainsi permettre aux porteurs du projet (ARS et ARACT) de recueillir les besoins des acteurs de terrain et de présenter les axes prioritaires de travail portés localement, par l’Agence de Santé de Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélemy.

 Les participants ont ainsi pu faire remonter les préoccupations vécues au sein de leurs établissements. Leur mobilisation en masse à cette première rencontre témoigne d’un réel besoin sur notre territoire. Au-delà des projets initiés en interne, la QVT est désormais une obligation posée par la Haute Autorité de Santé (HAS), dans sa démarche de certification des établissements. Plusieurs d’entres eux, auraient ainsi tenté d’entreprendre des démarches mais restent toutefois demandeurs d’un accompagnement technique externe. L’ARACT a souhaité les accompagner en s’appuyant notamment sur son expérience du cluster social en invité en 2015. Aussi les thématiques couramment citées dans les échanges ont été les suivantes : accompagnement du management à travers la formation des cadres de proximité, mise en place d’un dialogue entre la direction et les salariés, gestion des ressources humaines ou encore promotion de la santé au travail.

 A l’issue de ce premier rendez-vous qui a suscité un fort intérêt, l’ARACT et l’ARS ont proposé aux établissements présents de revenir vers eux pour constituer un cluster QVT (5 à 8 établissements volontaires) et définir ensemble les axes de travail retenus. Cette sollicitation devrait intervenir d’ici quelques semaines, le temps que les établissements procèdent aux arbitrages / discussions internes et que la DGOS se prononce sur le projet guadeloupéen.

 

En lien avec ce sujet